La Valse des Poupées Folles... à lier.

"La valse des poupées folles…

… À lier, l’empathe, amoureuse de l’humanité, cherche l’étincelle et le bon, chaleureuse, poupée-compassion.

…À lier, la rageuse qui vomit l’Homme, dégoutée de ses destructions, elle se cache dans sa tanière, loin de la violence, à l’abri dans sa bulle, solitaire poupée-terrée.

…À lier, l’éthérée, méditative et calme, aux principes positifs en reliance, tirant de Gaïa son sourire, poupée-alignée.

… À lier, l’écorchée au goût de sang dans la bouche, chaque événement comme une onde de choc, maitrisant comme elle peut sa guerre intérieure, tripes retournées, et la pression interne entre explosion et implosion, trop sensible poupée-tremblante.

…À lier, la guerrière implacable, rien ne peut l’atteindre, apprend des expériences, en ressort grandie, fonce sans peur, inébranlable poupée-pierre.

…À lier, la désillusionnée, lasse, vidée, elle n’a juste plus confiance et se liquéfie, faible poupée-apeurée.

…À lier, la mère, enveloppante, se sacrifie, donne plus qu’elle n’a, saigne et supporte dans l’amour, poupée-douceur.

... À lier, la putain, louve indépendante qu’ils rêvent de mériter, séductrice elle joue des cils, fait tourner sa jupe, fait tourner les têtes, sensuelle poupée-bouillante.

…À lier, la reine de glace, elle doute, s’étonne des intérêts, cherche le piège, timide sans confiance, blessée poupée-gelée.

…À lier, l’aventurière, explore, essaye, toujours plus, toujours plus loin, risque et agit, se trompe, se blesse, s’y frotte, y retourne, coup de tête poupée-défi.

…À lier, l’invisible, sous la couverture, s’oublie, se fait oublier, s’enfonce, disparait, poupée-cocon.

…À lier, la folle, danse, chante à tue-tête, explose de couleurs, fête, allume et vit, poupée-paillette.

…À lier, la mélancolique, quand la tristesse est belle, vêtue d’un bleu gris profond, bouquet de fleurs flétries sur fond de murmures, vanités au fusain, poupée-nostalgie.


Des liens de causes à effets, entre forces et faiblesses, en théorie, en pratique, les poupées valsent, imbriquées, fusionnées.

Déesses des étiquettes schizophrènes, des besoins autistiques, des pulsions bipolaires, des équilibres borderline, les poupées russes sont folles à lier.

Juge-les, aime-les, crains-les, déteste-les, admire-les… mais ne les ignore pas. Ne reste pas dehors, sur le pas de la porte, quand, à l’intérieur des poupées folles à lier, il est possible d’y tourbillonner.

Retour