l’économie de la délicatesse

Elle constate partout, tout le temps, l’économie de la délicatesse…

Dans un monde où l’Autre est bien trop souvent rendu objet à consommer.
De la junkfood sans séduction.
Exit le charme, Et l’attachement…
Ah non ! Surtout pas de sentiments.
Quand « Je t’aime » est synonyme de chaînes
plutôt que de couleurs.

Et l’inconnu qui lui demande de but en blanc quels sont ses fantasmes,
qui lui envoie des photos de chair,
qui lui viole l’intime, le consentement et la cornée,
le séducteur aux jolis mots qui fait volte face une fois sa masturbation à deux atteinte,
le mirage qui lui souffle des mots d'amour pour mieux disparaitre,
l’allongé nu à côté qui lui décrit son amour pour une autre,
le volage qui la compare ouvertement,
l’étouffant qui soudain décide qu’elle lui appartient, qu’elle lui doit tout son temps et attention,

Elle constate l’économie de la délicatesse…

et ça lui fait comme des frottements de papier de verre sur l’âme.

Ajouter un commentaire

 
×