La forteresse comme dans un moulin.

La forteresse comme dans un moulin.
 
Elle a trop donné, ça ne veut plus rien dire.
Son temps, ses gestes et de son corps à jouir.
As-tu compris, l’as-tu comprise ?
 
Elle s’est offerte tant et tant de fois,
Pour de bonnes raisons, et de mauvaises parfois.
As-tu compris, l’as-tu comprise ?
 
Elles sont devenues floues les limites de son intimité,
Sa pudeur en est rendue sacrée.
As-tu compris, l’as-tu comprise ?
 
Tu t’es vu refuser ce qu’elle leur a donné, à eux.
L’atteindre en ces lieux, ce n’est pas si glorieux.
As-tu compris, l’as-tu comprise ?
 
Comme il est facile son laisser-aller dans la chair,
Quand ses relations-plumes restent bulles légères.
As-tu compris, l’as-tu comprise ?
 
Elle touche les corps comme elle joue un jeu,
Loin du cœur, elle tâtonne et frissonne, au mieux.
As-tu compris, l’as-tu comprise ?
 
La véritable fusion, l’ultime sensualité,
Il ne faudra pas moins d’un plateau d’or pour l’y amener
As-tu compris, l’as-tu comprise ?
 
Plus de va-vite, elle compte compter
Et de sa retenue, elle t’a couronné
Comprend-la, prend-la, apprend-la
De cette frustration sa forteresse éclatera.
 
Ainsi soit-elle
 
 

Ajouter un commentaire