Eros et Thanatos

Louis Aragon disait qu’il n’y a pas d’amour heureux.
Impossible de tenir l’intense dans la permanence, l’ombre de la croix apparaitra à l’instant même où nous ouvrirons les bras pour recueillir l’inaccessible absolu.
L’amour comme abri d’une déchirure d’animal blessé.

 

Il décrivait le silence de la nuit, ce silence même où, tous les deux, nous pouvons nous retrouver. C’est le seul lieu où nos cœurs peuvent pleurer à l’unisson de n’avoir pas su à temps.
La beauté du « trop tard », elle permet de créer.
Et si je te veux si fort, c’est sûrement parce que je ne t’ai pas. Le frisson du regret, c’est comme exorciser les sanglots en chantant.
Ce qu’Aragon disait…

 

Mais, je crois que la lumière se renforce aux côtés de l’ombre. Et vice versa.
L’un se sature fort quand il flirte aux frontières de l’autre, les frôlements renforcent, comme autant de défis qu’on se lance. Jusqu’à se fondre en disparition, fusion ultime extatique.
Le plaisir du sadique, celui du masochiste, la recherche de non-souffrance du suicidaire, chaque acide pensée  porte du sucré. La volonté sucrée a bien aussi d’acides intérêts.

 

Je suis l’artefact vanité qui aveugle.
Je suis la culture qui jouit dans le vide.
Je suis l’usine à traces comme pied de nez insolent à l’impermanence.
J’en ai conscience, qu’est-ce que tu crois ?
Mais, du passage, ça en aura valu la peine.
Laisse-moi au moins ça, on le sait qui gagne à la fin, offre-moi l’affrontement du corps à corps, mélangeons nos spécialités,  jouons à succomber au désir et que la passion nous dévaste ! Naissons de la fièvre ! Brûlons la chandelle par les deux bouts !
Enflammons-nous une bonne fois pour toute et, alors, je m’avouerai vaincue.
Alors, nous collapserons.

 

Les écorchés sont de piètres funambules. Toi et moi, on s’est cassé la gueule de chaque côté de la norme équilibrée.
Ça ne nous rend pas si impuissants face au grand cycle, tu sais.
De la poussière sort l’être, de l’inorganique apparait l’étincelle.
Allez, vas-y, détruit, brise, dévaste !
D’autant mieux j’établirai, je lierai et conserverai.

 

Nous sommes le comble du tabou, pulsions incontrôlables, tendances indissociables.
Nous sommes l’antagonisme superficiel.
Nous sommes le mélancolique romantisme, le poison, la noyade.
Nous sommes réunis, nous sommes séparés, ensembles mais seuls quoiqu’il en soit.
Nous sommes souvenirs, rites et prières.
Nous sommes les expériences extrêmes, la chute, l’abîme et l’envol.
Nous sommes mécanisme machine, bien au-delà du corps et de ses limites.
Nous sommes les énergies, le subtil, l’imaginaire et la fatalité.
Nous sommes la perte de contrôle, l’effrayant lâcher-prise, l’inconnu.
Nous sommes l’immense et le minuscule, la faiblesse et la solidité, l’homme et l’animal, le flou et le net, le frivole et l’inquiétant, le postiche et le naturel, l’infini et le borné, nous sommes de jeunes cons, nous sommes de vieux sages … Nous sommes tout et son contraire.

 

Nous sommes les deux pans d’une même pièce fébrile qui se distorsionne pour nous laisser danser le tango.

 

Nous sommes Eros et Thanatos.
 

Ajouter un commentaire